Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Clio est ma muse et m'amuse
  • Clio est ma muse et m'amuse
  • : un blog qui je l'espère, vous donnera le sourire après une dure journée de labeur: légereté et futilité en sont les maitres mots!!
  • Contact

Profil

  • cliomamuse
  • légereté et futilité resteront les mots qui qualifieront le mieux cet espace, pour se vider la tête après une bonne journée de travail!
  • légereté et futilité resteront les mots qui qualifieront le mieux cet espace, pour se vider la tête après une bonne journée de travail!

Rechercher

13 juin 2017 2 13 /06 /juin /2017 12:14

 

Et je crois que je le vis mal...
Je t’explique brièvement cher lecteur car pour comprendre il faut énoncer le contexte : à la fac j'étais collé à une fille que nous appellerons M bien qu'en vrai il y a pas cette lettre dans son prénom.
Cette fille et moi on est restée en relation depuis, on se voyait de temps en temps et de moins en moins souvent mais elle est venue nous voir dans le sud avec son chéri et ca nous avait fait très plaisir. Bref une amitié qui évolue comme les autres mais qui s’adapte et finalement à chaque fois qu’on se voyait j’avais l’impression qu’on conservait une bonne complicité.
Elle est l'une des premières à qui j'ai annoncé la grossesse, l'une des première a qui j'ai envoyé une photo du bébé et bien sur je l'ai invité au baptême de Jules.

Pour cet événement qui se passait loin de la région parisienne, j'ai bien précisé à toutes les personne invitées qu’elles ne venaient que si elles le pouvaient, et que je ne leur en voudrais pas si ce n’était pas possible. Je n'ai invité qu'un nombre très restreint de personnes, on avait 6 invités chacun, pièces rapportés comprises (plus la famille bien sur, j’ai raconté le baptême de Jules ? car il en vaut vraiment la peine !!)
Bref elle est venue en train, j'avais précisée que la gare était loin et que ce n'était pas pratique mais qu'on s’arrangerait. Elles étaient trois dans ce cas là, toutes de mon côté, les invités de l’homme se sont débrouillés de a à z…
Le baptême est passé, elle est restée le week end et puis le lundi elle et une autre amie à moi ont raté le train pour plusieurs paramètres :
- Pas d’essence dans la voiture donc arrêt chronophage obligatoire
- Marché dans le village de la gare qui bloquait la circulation

-changement de chauffeur à la dernière minute car je voulais pouvoir dire au revoir aux autres invités.
Bref la personne qui les amenait a fait quelques kilomètres de plus afin de leur trouver un train pour Paris qui arrivait avant la nuit (il leur a même payé un coup à boire en attendant).
Lorsqu’elles m’ont appelé pour me dire qu’elles avaient raté le  elles étaient un peu énervées (ce qui se comprend car leurs billets n’étaient pas remboursables après le départ du train) je leur ai dit que je participerai aux frais de l'autre billet car vraiment je me sentais mal pour elles... Et puis après j’ai regretté car bon j’avais déjà pas mal de frais à ce moment là (bébé, maison), mais elles n’ont pas refusé, et m’ont même donné la somme qu’elles espéraient que je paye… Ca m’a un peu énervé car pendant  2 jours elles ont quand même mangé aux frais de la princesse (je suis la princesse), j’ai exposé mes arguments sur le fait que c’était pas tout à fait de ma faute (je n’ai pas ajouté que je ne leur avait pas fait payer l’essence mais j’étais à deux doigts dans mon énervement).
Et puis ça a dérapé, M ne m'a plus parlé. Le silence radio. Pas de réponse à mon texto pour lui souhaiter une bonne rentrée, ni pour répondre à celui de bonne année, puis d'anniversaire (entre temps j’avais envoyé des textos du genre "n’oublie pas de me donner ton rib" (parce que oui j’allais rembourser, je tiens ms engagements),  « j’espère que tout va bien je m’inquiète » puis des « je ne comprends pas ce qu’il se passe, si c’est pour le train je suis désolée »... et puis en mars j'ai envoyé une lettre avec un chèque de remboursement, lui expliquant que si c'était le prix de notre amitié ca ne me dérangeait pas de payer... et puis toujours pas de réponse jusqu’à mon anniversaire, le 2 juin. Lorsque j’ai vu son nom à 23h53 je vous avoue que tout a basculé autour de moi, j’étais dans un état d’euphorie et de stress et de joie, bref indescriptible moment de vie. Et puis douche froide : elle me dit quelle a passé une année difficile et quelle s'est recentré sur les amis avec qui tout est facile car avec moi elle marche sur des œufs et joyeux anniversaire bien sur...
Depuis je me sens mal
Je me refais le film de notre amitié
Je n'ai pas le moindre souvenir de dispute avec elle, que de soit pendant nos 3 ans collés à la fac, notre semaine à New York, les différentes sorties que l’on a pu faire ensemble. Que des souvenirs de fous rires et de joie (sauf le stress des partiels…)
Alors j'ai juste répondu merci, précisant que j'espérais qu'elle allait mieux. Et plus de réponses…
Si je vous raconte ca c'est parce que 10 jours après mon anniversaire c'est à dire ace week end, on s'est vu car je suis remontée pour l'enterrement de vie de jeune fille d'une copine que l’on partage... et on ne s'est pas adressée la parole. On s’est fait la bise bien sur, puis j’ai essayé de croisé son regard fuyant, j’ai essayé de participer aux mêmes discussions qu’elle mais elle n’a jamais relancé aucune de mes interventions.
Ça m'a fait de la peine.
Et puis j'ai appris qu'elle se mariait en août. J’ai fait comme si je n’avais pas entendu car l’information ne m’étais pas destinée.
Et puis je suis rentrée chez ma grand mère j'ai pleuré.
Parce que je n'en sais pas assez et j'en sais trop en même temps. Lorsque je pensais qu'elle faisait la gueule pour son train je me disais qu'elle était conne (pardon je suis vulgaire) et puis depuis le texto j’ai l’impression que c’est ma faute... que je n’ai pas vu que je la mettais mal à l’aise et en même temps son explication était courte, car j’aurais souhaité avoir des exemples précis de ces situations, parce que je ne m'en suis pas aperçu!!
Et puis j'étais en colère en plus d'être triste, en colère car pour le baptême sur les 6 invités elle était là, dans mon intimité, parmi les gens que j’aime les plus au monde.  Elle organise probablement un grand mariage et je n'y serais pas, j'ai partagé ma maison enfance, ma famille, mon fils avec elle et en échange je n'ai même pas eu droit à un mot dans la journée... J’aime quand les choses sont claires et surtout quand elles sont justes... Est ce qu'on peut vraiment briser une amitié de 10 ans à cause d'un train? Est-ce que j’ai une mémoire si sélective que j’ai obstrué tous les (nombreux visiblement) mauvais moments passés avec elle? Est ce que je prends les choses trop à cœur et que je dois juste tourner la page dans la retourner? Et qu'est-ce ce que je devrais expliquer a mon fils lorsqu'il verra les photos de son baptême sur cette personne qu’il ne verra probablement plus jamais ? Qu’à partir de ce moment elle n’a plus voulu me parler ?

 

Je me suis confiée à l’homme. Il m’a dit que c’était une conne et qu’il lui cracherait dessus s’il la revoyait un jour… tout en délicatesse, mais ça m’a fait sourire que quelqu’un d’autre ne comprenne pas. (bien sur il ne le fera pas, il se contentera de faire ça dans son plat…ahah)

 

 

Repost 0
Published by cliomamuse - dans un peu de moi
commenter cet article
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 11:00

 

Déjà avant de vous la raconter  vous, sachez que je ne confie rien (ou presque hein, parce que mon ventre de femme enceinte et le congé qui a suivi, j’ai eu du mal à l’éluder) à mes élèves. Deux raisons à cela :

  • Je tiens à ma vie privée
  • Ils s’en foutent (du moins c’est que je croyais)

J’ai le vague souvenir que en cours lorsque les enseignants se laçaient dans le récit de leur vie loin d’être palpitante, je souriais bêtement sans trop écouter (pas pour rien qu’on me surnommait le sourire entouré de cheveux (bon les cheveux je les ai perdu par contre).

Alors je m’étais dit que je ne reproduirais pas ces moments d’ennuis profonds. Mais force est de constater que les élèves adorent ça en fait (pour la majorité d’entre eux, car je garde toujours dans un coin de ma tête qu’au moins une personne n’en a absolument rien à foutre).

Bref toujours est-il que les questions fusent toujours sur ma vie privée, et aujourd’hui j’ai répondu avec sérieux car je trouvais le sujet suffisamment grave pour que je puisse me confier, et puis comme ils ont adoré je leur en ai raconté une deuxième. (Alors vous n’aurez pas droit à une mais à deux anecdotes sur ma vie, placées dans le contexte d’un cours de 5ème !

Alors nous sommes dans une classe, 31 paires d’yeux braquées sur moi en ce début de chapitre d’EMC (enseignement moral et civique, oui éducation civique c’est has been) sur les discriminations et le harcèlement. Je commence par une petite blague, comme toujours, en disant que tout le monde a déjà reçu des petites réflexions sympathique pour une couleur de cheveux (y’a deux roux dans la classe, alors à chaque fois je suis obligée de préciser que ma sœur est rousse (encore une anecdote sur moi, décidément on ne m’arrête plus) et aussi que c’est un bel héritage de l’homme de Neandertal), de peau (plusieurs métisses, plusieurs noirs), des lunettes, un appareil dentaire, des boutons, des cheveux gras, des traits de caractères, des religions…

Et là est venue la question de fond de la classe « et vous madame, pourquoi on se moquait de vous ? » Comment lui avouer que c’est moi qui harcelais les autres ??!?? Non je plaisante, mais face à un sujet comme celui-ci je me suis dit allé, je me lance, et j’ai parlé de mon grain de beauté dépigmenté, je vous en ai déjà parlé, celui qui m’a valu de charmantes réflexions sur les verrues et a couté 70 euros à mon père pour 2 minutes avec le dermato afin de bien me faire comprendre que « non ça ne se perce pas bordel de m**** ». « Oui monsieur ».

Bon je l’ai pas raconté comme ça hein, j’ai juste dit que les autres associaient ça à une verrue, que c’était gratuit et méchant, que l’adolescence et les hormones ça craint, mais que ça va passer.

Comme ils ont adoré mon histoire (oui je raconte encore mieux en vrai qu’à l’écrit) mais avant que j’ai pu leur dire de ne pas me harceler (ahah la blague sur le chapitre du harcèlement, voilà voilà on s’amuse comme on peut) la CPE est passée, ils se faisaient tous pipi dessus (enfin ils se retenaient très fort à en juger leur ai concentré). Bon elle passait pour vérifier un mot dans le carnet, lorsqu’elle est parti le joyeux bordel a recommencé (quoi moi pas bien tenir mes élèves ?!??) les profs qui ont cours à côté sont tellement trop à cheval sur la discipline et pas assez sur la pédagogie… bon laissez moi me rassurer) et ils m’ont demandé si j’aimais bien la CPE. Je leur ai donc dit que non je la déteste et après on s’est lancé dans une action ou vérité géant. Non c’est faux.

Je leur ai dit qu’ils voulaient entendre une anecdote alors que j’allais leur en servir une : La deuxième année ou j’enseignais ici (donc l’année dernière mais eux ils pensent que c’était quand j’étais très jeune donc il y a fort fort longtemps) elle est passé vérifié un mot comme aujourd’hui, et ils ne l’avaient pas noté, elle s’est alors écrié (ou à aboyé, au choix) : « qui est le professeur principal de cette classe), je leur ai dit que j’avais fait preuve de beaucoup de courage en levant la main, et qu’elle ne m’avait même pas disputé, donc qu’au fond, elle est plutôt gentille. Je leur ai pas dit que j’étais enceinte jusqu’aux yeux et qu’elle m’avait quand même convoqué dans son bureau après pour « faire le point ». En vrai j’en rajoute parce que depuis on s’entend très bien, c’est juste qu’au départ elle m’a un peu impressionné.  

La même journée (oui parce que c’est comme lorsque vous apprenez un nouveau mot, vous l’entendez partout après), les troisièmes ont relancé le sujet de la vie privée, un élève qui me sort qu’il m’a vu avec mon fils. Bon j’ai coupé court en disant que c’était un enfant que j’avais kidnappé à la sortie de la crèche et qu’il serait gentil de ne pas me dénoncer à la police. Dernière heure de la journée, les secondes qui me demandent quelle série j’ai fait dans le cadre de l’orientation, je leur vends la meilleure série du monde, la série L (imaginez 30 élèves avec une tête de dégoût, et moi seule face à cette hostilité palpable). J’ai eu pour réponse que se sont les gens bizarre et les gothiques que l’on trouve là bas. Je vous remercie. Je vais aller pleurer dans les toilettes. Finalement même adulte on n’en a pas fini de la discrimination à l’école.

Ceci n'est pas mon lieu de travail, moi ce sont des petits carreaux par terre et il n'y a que de minuscultes fenêtres.

 

Repost 0
Published by cliomamuse - dans un peu de moi
commenter cet article
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 16:50

Et oui et ça mérite un article, vraiment.

 

Je suis née en région parisienne (même pire: Neuilly sur Seine), j'ai grandi en banlieue parisienne, j'ai fait mes études à Paris,  bref je suis PARISIENNE.

Pour beaucoup c'est une fierté, pour moi c'est la honte. je n'aime pas spécialement Paris, la vie là bas ne m'a pas fait m'épanouir particulièrement et j'ai toujours eu envie d'ailleurs.

 

 

Lorsque j'ai déménagé en province ça a été un vrai bonheur et en même temps une apréhension car quand on va dans une nouvelle région généralement on est confronté à une réalité qui nous échappe lorsqu'on est à paris: l'accent parisien.

A ce qu'il parait je l'ai moins que l'homme, mais il est là et il me trahi!

Car oui je peux le dire j'ai un peu honte d'être parisienne, surtout dans notre nouvelle région où les gens sont un peu chauvins. et j'ai beau essayé de me ratrapper en parlant de mes origines locales, les faits sont là, je suis étrangère.

 

Déjà il faut savoir que les clichés sur les parisiens sont nombreux: ils font la gueule (on m'a d'ailleurs dit que je sourillais beaucoup), il sont snobs (ça en revanche je crois que c'est mon cas), ils sont superficiels (aussi) et surtout ils se sentent supérieur. J'avoue que malgré mon désamour pour la ville lumière, je suis un peu choquée que ces clichés aient la dent si dure. Aller travailler avec une chemise, un pantalon un peu classe, être bien maquillée et porter des talons haut fait de moi une bourgeoise prétentieuse, alors que ça fait partie de ma personnalité à moi, issue d'une éducation où on va pas bosser en baskets.Du coup l'intégration n'est pas des plus simples mais ça commence à venir

 

Lorsque j'ai quitté Paris on m'a aussi stressée sur le fait que je l'allais perdre mes repères shopping (superficialité oblige), mes bons plans, mes bonnes adresses. Oui c'est vrai on ne s'en cache pas là où j'habite aujorud'hui il y a moins de boutique, et parmi celles qui me manquent le plus on trouve notamment New Look ça vraiment ça me perturbe. heureusement internet est mon ami (oui on a un bon réseau en province, merci).

 

Autre chose en province: adieu les transports en commun, en tout cas là où je vis! Et vous ne le savez peut être pas mais la voiture est MON angoisse. avant prendre la voiture c'était des nuits à me ronger les ongles (non ça c'est tout le temps en fait), à stresser, à me faire des films, bref l'enfer ou l'image que je m'en fait en tout cas. Et bien ici il a fallut se faire violence, je fait plus de 150km par semaine et devinez quoi: j'ai survécu!! Et maintenant prendre la voiture ça va (par contre les créaneau c'est toujours l'angoisse)

 

Mais malgré tous  ces petits détails que j'ai vite su surmonter, il y a aussi de très bon points à ma nouvelles vie, tous ceux que j'attendais en fait: en province tout est plus zen. On dit souvent que Paris c'est un gouffre de stress et puis on se dit que c'est partout pareil. Mais non. Pas du tout, ici, les gens ne marchent pas à toute vitesse, j'en avais tellement l'habitude que parfois je me demande moi même pourquoi je marche si vite. Ici après le travail les gens ne rentrent pas directement chez eux, ils vont se promener ou casser leur routine. d'ailleurs ici je ne trouve pas de routine! Je me sens beaucoup plus épanoui et en toute franchise l'adaptation a été très douce, je suis ravie d'avoir quitté la capitale même si je resterais toujours une parisienne (peut être même qu'un jour j'en serais fière).

 

 

 

Repost 0
Published by Clio - dans un peu de moi
commenter cet article
2 janvier 2014 4 02 /01 /janvier /2014 21:42

 

Donc pour commencer, bonne et heureuse année à toutes et à tous.

 

Il faut savoir que je vieillis mal, comme vous le savez je déteste mon anniversaire et voir le temps qui passe me déprime, je crois que je n'ai pas choisi le bon métier pour m'épargner des minis déprimes. déjà parce que mes élèves sont toujours aussi jeunes et moi je  vieillis (et oui les 4ème ont toujours 13-14 ans sauf Brian qui a déjà redoublé 3 fois mais c'est une autre histoire), cette année j'ai en 4ème les jeunes de l'an 2000, pour moi l'an 2000 c'était hier!

Quand on parle aux troisièmes du 11 septembre c'est comme la chute du mur de Berlin pour moi: ils étaient nés mais c'est très lointain, moi en revanche, je me souviens très bien de ce que je faisais au moment des attaques, comme si c'était hier encore une fois. BREF.

 

Donc 2014 met fin à cette année 2013 qui  a été très importante pour moi: l'année de  la validation, la vraie  et donc  la sécurité de l'emploi pour jusqu'à la fin des temps, ou presque, cependant 2014 s'annonce riche également, du moins je l'espère.

 

Pour ceux que ma vie n'intéresse pas (déjà on se demande ce que vous faites ici depuis tout ce temps)  c'est le moment de nous quitter car on va parler projets:

Je vous passe mes résolutions habituelles: faire plus de sport, perdre quelques kilos, arrêter de ronger mes ongles, arrêter d'acheter des vêtements de façon compulsive, prévoir les vacances en avance, arrêter de dire de gros  mots  et blablabla et on passe direct aux choses sérieuses.

 

Comme vous le savez je suis prof (oui je me répète mais même après 1 an et demi, j'ai du mal à réaliser) en région parisienne. j'ai grandi en région parisienne, y ait fait mes études, eu mon premier emploi. Mais depuis un certains temps maintenant, j'ai envie de quitter cette métropole mondiale pour la province.

 

la province, ce mot effrayant pour les parisiens, là ou on passe volontiers une semaine de vacances (mais pas plus), parce que les provinciaux ne sont que des peknos qu'on voit dans confessions intimes.  Sachez que cette vision cliché n'est pas la mienne. Pour moi la province c'est avant tout l'espace, l'air pur (bon pas partout je vous l'accorde), la détente et la vie moins chère (je suis pas radine, j'ai juste des priorités, genre les fringues avant la bouffe)!!!! 

 

Je  ne vise pas n'importe quelle province, je pense que passer de Paris à la Creuse serait un choc trop rude et partir pour se retrouver dans la banlieue de Dunkerque... bah autant rester quoi (sans vouloir offenser ceux qui y vivent, heureusement on n'a pas tous les mêmes goût, sinon on serait tous au bord de la mer).

 

Et justement, si vous ny êtes pas, ça fera plus de plage pour moi! et oui, depuis que je suis enfant je n'ai qu'un rêve:  l'océan. c'est l'effet de la petite sirène sur moi, être près de la mer/ de l'océan c'est juste super important, même si mes cheveux n'apprécient pas (quelle conne cette Ariel de vouloir vivre sur terre). Coup de chance pour moi, l'Homme a très envie de changer d'air aussi et ça fait maintenant 2 ans qu'il m'attend.

Alors en 2014, on déménage! enfin... peut être!

 

feux-dart.jpg

même les feux d'artifice c'est plus beau au bord de la mer!

 

Parce que comme tu le sais fidèle lecteur, je suis prof (si tu n'as pas compris, je ne voudrais pas être désagréable mais tu es un crétin) et quand tu es prof... tu ne bouges pas comme tu le souhaites aux quatre coins de la France, tu dois mériter les bonnes conditions de vie (deux mois sur la plage notamment) et donc pour pouvoir partir tu dois: être marié à quelqu'un qui travaille déjà sur place, premièrement je ne suis pas mariée, sinon tu le saurais étant donnée ma fâcheuse tendance à rabâcher les mêmes informations à mon sujet, deuxièmement, l'homme ne travaille pas dans les Pyrénées Atlantique. Si tu n'es pas mariée ou pacsée et si tu n'as pas d'enfant, en gros tu n'es pas prioritaire, sauf si tu a un échelon élevé, donc si tu as une bonne partie de ta carrière derrière toi.  Et mes 2 pauvres années d'ancienneté ne font pas le poids!

 

Du coup l'année 2014 commence dans la paperasse, les courriels (mes interlocuteurs n'aiment pas le mot mail, alors je m'adapte pour ne pas les froisser, peut-être que mon dossier se retrouvera en haut de la pile, qui sait) et au téléphone. Enfin au téléphone... à parler à des répondeurs car quand on dit que les profs ne foutent rien, je suis parfois un peu d'accord.... mais on oublie souvent ceux qui bossent  au rectorat!!!! sans vouloir critiquer parce que chaque travail a ses inconvénients, c'est extrêmement agaçant d'avoir des soucis de compréhension ( bon ok je suis parfois débiles et je ne comprends pas grand chose à ce p****  de dossier de mutation) et de ne se faire aider par personne. En plus, quand au bout de ton 30ème appel quelqu'un décroche  et que tu es un peu agressive parce que ça fait 1h que tu tapes inlassablement le même numéro, la personne au bout du fil se permet de t'envoyer chier comme il se doit, et tu dois fermer ta gueule parce que sans elle, bah ton information tu peux te la mettre ou tu veux (et je ne veux pas le savoir) mais tu ne l'auras pas!

 

Donc en plus faut être sympa, mais pas trop bête parce que sinon tu les énerves encore plus. Sauf que moi j'ai deux souci face à cela: j'ai du mal à être sympa après avoir perdu 2h et j'ai encore plus de mal à comprendre le jargon administratif... oups.

 

Du coup j'ai passé ma journée à parler de trucs que je ne comprenais pas, j'ai eu des informations utiles, d'autres que je n'avais pas demandé, il y en a que je n'ai pas eu et après quelque heures de prise de tête: je ne me  souvenais même plus de mes questions de départ. je ne sais même pas  si j'y ai répondu et tout ça est encore plus fouillis dans ma tête!

 

Bref 2014 s'annonce prise de tête!!!

Repost 0
Published by cliomamuse - dans un peu de moi
commenter cet article
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 20:37

 

ValentinesDayBrownieCakePops bouquet sq1k1

aucun rapport, mais ça faisait longtemps!

 

 

Je suis une jeune active, aux revenus réguliers, sans aucun frais (logée gratuitement par papa maman, et ayant accès à internet, à l’électivité et à l’eau grace à l’Homme, oui en gros je suis entretenue), donc forcément, je l’intéresse.


Elle m’avait appelé cet été, demandant un rendez vous avec insistance, genre si tu regardes les mails de rappel y’en a un tous les 5 jours au mois de juillet, au point que je me suis demandé si ma banquière était pas un peu amoureuse de moi (non je me suis dit qu’il y avait peut être des activités illégales sur ma carte) et du coup j’ai rappelé, heureusement je partais en vacances donc on n’a pas pu fixer de rdv (zut alors !)


Mais c’était sans compter sur la volonté de fer de la banquière qui m’a rappelé dès septembre, j’ai ignoré l’appel et puis elle m’a rappelé vendredi dernier, pensant que c’était peut être le collège j’ai répondu et non, du coup je me suis dit autant lui répondre, lui donner ce qu’elle veut et après je serais débarrasser.


Bref aujourd’hui 15h, j’ai résisté à l’appel de la sieste et je me suis présenter à la banque, à 30 seconde à pied de chez moi, ce qui fait que je n’ai pas pris mon parapluie et que j’ai bousillé mon brushing, autant dire que j’étais colère.


J’arrive sur place, je suis reçue par ma conseillère que je n’avais jamais vue, elle est toute jeune, comme moi, on pourrait être keupine, t’as pas envie de venir au moving avec moi le lundi aprem, je sais que tu bosses pas vu que l’agence est fermée ! Non bon on est plus au CE1 et se faire des potes, c’est plus pareil !


Bref elle me reçoit dans le bureau tout petit tout pourri, a-t-elle déjà compris qu’elle ne me vendrait rien du tout ? et m’annonce qu’on ne s’est jamais vues. Bah oui mais on peut être keupine !! (non je lui ai pas dit, j’ai juste dit non.) mais j’ai ajouté qu’en revanche je connais un de ses collègues que je ne peut pas piffrer parce que c’est un gros con (vous le savez déjà, je vous avais raconté mes aventures à la veille du CAFEP), j’ai pas dit ça mais elle l’a lu dans mes yeux, c’est sur ! Et j’ai même cru qu’elle m’approuvait !


Donc elle a pris un petit bout de papier et elle m’a annoncé : « on va parler de vous » cool une séance de psy gratuite, okay ! donc elle me demande ma situation professionnelle, je dis que je suis prof et elle me regarde, et demande mais prof…. Prof ? de quoi pour qui ? donc je dis histoire géographie, pour le collège. Regard de surprise suivi du balbutiement qui va avec et une fois qu’elle s’est reprise elle a dit et vous avez quelle classes ? bon j’ai répondu mais je me suis demandé ce que ça pouvait bien lui foutre, elle voulait que je lui donne les grandes lignes du programme aussi ? Non, elle a été beaucoup plus indiscrète et m’a demandé combien je gagnais (je me suis dit qu’elle aurait pu regarder mes comptes avant), j’ai donc répondu, et là elle m’a dit : sur les 12 mois ? même l’été ? ah ah ah bah ouais, et cette fois c’est moi qui ai lu dans son regard « ils sont vraiment payer à rien foutre ».


Après ça elle a voulu parler de ma vie perso. J’ai donc dit que j’habitais chez mes parents et que je ne payais rien parce que je vivais en couple et qu’il se charge des frais fixe. j’ai vu ses yeux s’agrandir genre « bah y’en a qui s’emmerde vraiment pas », je pense qu’après l’annonce de mes deux mois de vacances elle a senti que la vie était injuste. (j’ai beaucoup de chance, j’en ai conscience et j’en profite tant que je peux). Elle m’a donc dit que je pouvais mettre des sous de coté, oui je sais je mets plus de la moitié de mon salaire de coté tous les mois depuis que je travaille (elle a vraiment pas regardé mes comptes avant).


Et vient le moment ou elle me propose des choses, niveau assurance, j’ai tout grace à daddy, donc elle a fait son truc, j’ai écouté sagement. Puis elle a proposé un PEL, j’ai pensé fort à l’homme qui m’a dit avant de partir « et prends pas le PEL » (pourquoi ça je sais pas trop), il sait que je me laisse facilement avoir. J’ai écouté et j’ai dit « je vais réfléchir », donc elle a sorti son autre carte, l’assurance vie, elle commence à me dire que si je retire l’argent trop tôt on va me retirer pleins de chose des intérets dont des trucs sociaux (j’écoutais moyennement j’avoue). Et puis j’ai adopté le reflexe élève de troisième casse pied et je lui ai dit, mais les trucs sociaux là, je les paye tous les ans de toute façon. Elle s’est bloqué, elle m’a regardé, elle a du se dire que j’étais relou (c’est aussi ce que je me dit qu’en y’en a un qui me pose des question chiante genre, c’est quoi le taux de natalité en France ? et la mortalité, et la mortalité infantile, et Malaisie, et c’est quoi la capitale du Turkménistan ?) , et elle m’a dit « ….(oui oui les mots ont eu du mal à sortir) oui c’est vrai ».


Bah alors ? t’as essayé de m’entuber en croyant que je t’écoutais pas ?


En tout cas, elle était sympa, elle m’a pas posé de question sur ce que je faisais de l’autre moitié de salaire (à vous je vous dis tout : des fringues, des fringues du maquillage et parfois de la bouffe mais c’est plutôt l’homme qui y va parce que moi je sais jamais quoi acheter, ce qui n’arrive jamais chez H&M bizarrement.)

J’ai presque cru être dans la pub !

Repost 0
Published by Clio - dans un peu de moi
commenter cet article
17 août 2013 6 17 /08 /août /2013 18:00

Oulala, quelle surprise, des vacances au mois d’aout, surtout pour un prof ! je suis même dans ma dernière semaine de vacances, et franchement je suis pressée de reprendre !

 

8228530963_8fac604faa.jpg


Et oui je suis comme mes petits collégiens, contente de revoir mes collègues (mes petites terreurs aussi d’ailleurs), de reprendre ma petite routine, retourner cher moi ou je fais tout qu’est-ce que je veux et surtout faire mes courses de rentrée ! même que j’ai quartier libre pour tout choisir, je n’ai plus de listes à suivre !


Des petites nouvelles s’imposent car malgré mes absences prolongés vous restez nombreux à lire mes bêtises !

Nous sommes partis l’homme et moi pendant 1 mois en tournée dans (presque) toute la France et même en Espagne, non pas pour nous produire mais plutôt pour ne rien foutre et nous faire entretenir par nos familles. Et je ne peux que constater que chez lui l’hospitalité est meilleur que de mon coté. Chez lui, c’est croissant et jus de fruit préssé le matin, c’est le roi du monde on se pli en quatre pour lui faire plaisir et chez moi…. Bah le soir de notre arrivé c’était jambon chips avec comme gentil accompagnement des réflexions disant que je ne devais pas trop manger (le contre coup des croissants sans doute). Il faut ajouter a cet état de frustration alimentaire le fait qu’être hebergé signifie adopter le mode de vie, autrement dit l’homme a intérêt d’arrêter de plonger dans la piscine avec sa go pro a l’heure de la sièste sous peine de regards (très) noirs. De même, on ne doit pas se lever trop tard et lorsqu’on annonce qu’on se lève vers 10h et qu’on se montre a 10h20, on a droit à « bah vous avez bien dormi hein » bah ouais, on en profite tant qu’on est jeune !  Et dormir c’est bon pour la peau, tu devrais essayer grand-mère !


Mais il ne faut pas s’énerver car les personnes qui sont passées avant était exquises (comprendre ma sœur) et moi je suis toujours très désagréable (j’avoue que j’ai tendance à dire ce que je pense, et pas toujours très gentiment, en même temps je sais par mon expérience professionnelle que c’est bien plus efficace, et puis c’est mon tuteur qui m’a dit de ne pas trop sourire quand je n’étais pas contente, j’applique !) Pas bon pour l’héritage tout ça ! Heureusement, j’ai le soutien indéfectible de mon arrière grand-mère, celle qui avait 103 ans quand je vous écrivais un article dessus, elle en a maintenant 104, et elle a l’air de bien me comprendre, surtout quand elle dit dans le dos de sa fille qui raconte toujours des histoires passionnantes boring (nan mais entendre tous les jours que lors de leur voyage en Chine ils n’ont eu que de la pastèque en dessert c’est lassant je vous assure) : « elle m’agace ». C’est exactement le mot que j’allais employer, comme quoi les ancêtres ont toujours parfois raison !


Bref j’attends avec impatience de poser mes valises dans mon petit appartement dans l’air pollué, même si là bas, pas de piscine et qu’on va avoir pleins de machines à faire tourner, au moins on pourra parler de tout ça tranquillement sans avoir à surveiller que personnes ne nous espionne, on va pouvoir manger des gateaux sans regards désapprobateurs et regarder secret story sans avoir à répondre du pourquoi du comment on était devant la télévision vendredi à 22h40 (vous me direz on est jeune on a cas sortir, mais là où on était y’a pas grand-chose à part des bal occitans c’est marrant une fois, deux fois c’est lourd !)


Sur ce, je reviens bientôt (du moins j’essaye) pour vous donner des nouvelles plus régulières


Xoxo

Repost 0
Published by cliomamuse - dans un peu de moi
commenter cet article
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 20:43

citrouille.jpg

 

Ça n’a échappé à personne, on est dans la période de l’anniversaire de Blair Waldorf. Oui bon ça je vous l’accorde, tout le monde n’est pas censé le savoir, en revanche, tout le monde sait que c’est Halloween, cette fête qui consiste à manger pleins de bonbons devant des films d’horreur (c’est en tout cas ma vision des choses) mais qui en vrai est un héritage celte, une fête des druides, un appel à la nature, une danse autour d’un feu, toutes serpes dehors, enfin bref, une fête qui nous échappe. Cependant les chrétiens qui ont un calendrier de fête chargé ont décidé de garder cet événement pour fêter la veille de la fête des saints (la Toussaint quoi), ouais on nous traite de feignants-fêtards mais au Moyen Age c’était bien pire !


Bref donc c’est bientôt Halloween, et cette année j’avais proposé à l’homme qu’on le fête, lui il était pas chaud, en même temps il préfere la soirée bonbons/caries/films d’horreur/How I met Your Mother (faut pas déconner, on s’endort pas juste après un film d’horreur).


J’en ai parlé à quelques personnes, certaines étaient ok, mais j’ai pas eu de nouvelles, avant j’aurais couru après tout le monde mais plus maintenant. Déjà parce que j’ai la flemme, mais aussi parce que l’homme m’a bien fait comprendre que si y’avait besoin de courir après les gens pour qu’ils daignent accepter de te voir, à une soirée que tu organises à tes frais, c’est qu’ils ne méritaient pas de te voir. C’est pas faux. En plus en ce moment, je suis dans une période de déprime affective, pas parce que l’homme n’est plus affectueux, mais parce que mes amis ont décidé de se passer le mot pour me contrarier/m’éviter/ne plus m’aimer peut être ?


Bon ok, j’en rajoute un peu, et puis maintenant qu’on est dans la vie active, chacun a des trucs à faire, mais quand même : ça blesse, quand les gens te demandent des nouvelles, que tu leur réponds et qu’après ils font les morts, encore pire, quand tu leur proposes de les voir et qu’au lieu de dire non, ils se contentent de ne pas répondre (au moins la réponse est claire me direz vous), ou encore qu’ils te disent que y’a un truc pour leur anniv mais que bon c’est pas eux qui organisent ou alors y’a pas beaucoup de place chez eux (voir les deux) et donc du coup bah toi tu viens pas. Dans le genre y’a aussi ceux que tu ne peux pas voir souvent, entre autre pour raison géographique, qui passent dans le coin mais ne se donnent pas la peine de te le dire, deux raisons possible, soit ils ont pas envie de voir ta tronche, soit ils auront pas le temps pour toi. Mais c’est marrant, ils ont jamais le temps pour toi, mais toujours pour les autres.


Bref, période d’Halloween donc je broie mes idées noires, c’est de saison, et puis ça fera un peu plus de gore dans le film (en broyant, t’a compris lecteur ?). Bref finalement ça sera film d’horreur dans le bras de l’homme, qui m’a quand même gentiment offert une citrouille histoire de marquer le coup, on l’a vidé, fait une soupe et découpé, bah c’était cool.

Repost 0
Published by Clio - dans un peu de moi
commenter cet article
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 19:51

Et oui lecteur, j'ai 23 ans, j'ai jamais travaillé de ma vie, et je m'en fiche en plus!!

 

depuis le temps, vous le savez, je suis une petite bourge qui passe son temps à dépenser les sous de son papa. en tout cas c'est ce que pas mal de gens de ma connaissance peuvent penser de moi, genre "hein mais t'as jamais bossé pendant tes études?!?" bah non désolée, mes parents avaient de quoi m'aider, et j'en ai profité, mais pas pour perdre du temps puisqu'en 5 ans d'étude j'ai atteint mon objectif. et autres "bah pourquoi tu taffes pas pendant tes vacances?!?" ben parce que mes grands parents ont une maison dans le sud et que je préfere en profiter, et vu que ça me coute rien, pas besoin d'argent (logique), bref quand tu travailles pas pendant tes études, parfois les gens te jugent, et j'aime pas trop qu'on me juge, surtout sans connaitre.

 

donc à ceux là, je peux toujours dire "nan mais un jour j'ai fait les vendanges", et ça c'est une vraie expérience de vie, tu te lèves super tot, pour aller dans le méga froid, le raisin ça colle partout, ça pue, et il est même pas bon donc tu peux pas en manger en douce. en plus dès que le soleil se lève, il fait trop chaud, donc faut que t'enlève tes couches de trucs qui collent, et puis tu t'en mets sur la peau, t'as qu'une idée en tête toute la journée, la douche, et puis quand t'y vas, l'eau est froide parce que les autres ont tout utilisé, bref, l'horreur pour la pouffiasse bourge que je suis (le portrait que je dresse de moi te fais rêver, je le sens)

 

raisin.jpg

pourtant ça a l'air bon vu comme ça.

 

Bref, hormis cette courte expérience, j'ai jamais rien foutu en 5 ans, et j'assume complètement. 

 

mais aujourd'hui, ce temps est révolu, ça y est je suis salarié, et pas de n'importe quelle entreprise, de l'éducation nationale! (qui a dit que ça faisait toujours de moi une feignante?!?vilain). première surprise: "tout ça?!?" et direct une méga envie de shopping, au grand desespoir de l'homme qui a commencé par dire "mais euh, faut mettre de coté hein?", il m'a tout cassé, et m'a mis de mauvaise humeur, direct. adieu shopping, bonjour banquier pour ouvrir le livret A.

D'ailleurs comme tu le sais déjà (cf l'histoire de ma CB), mon banquier et moi, on s'aime pas trop d'amour, donc j'ai plutot envie de dépenser tous mes sous que de lui apporter une com (ah bon? ils touchent pas de com? mais laissez moi me trouver des excuses pour dépenser mes sous!!!).

 

Donc pour résumer, j'ai eu ma première paye, j'y ai pas encore touché, pourtant c'est pas l'envie qui m'a manqué.  En plus c'est pas près de changer puisque la semaine commence à peine donc j'aurai pas le temps de faire les boutiques avant au moins samedi (que ma vie est dure!). parce que j'ai beau être une feignante de fonctionnaire, fille de gens blindés (oui je tends le baton pour me faire battre, c'est mon coté maso), bah j'ai pas le temps, parce que mine de rien, je bosse! Et ça si la moitié des gens le remettent en doute, c'est pas le cas de mes élèves, puisqu'alors qu'on parlait du front populaire et de la semaine a 40 heures, y'en a un qui a levé la main, je lui ai donné la parole (oui tu as vu, ils me respectent bien les petiots), et il a dit, "mais oui mais madame ça veut rien dire le nombre d'heure, parce que vous vous faites peu d'heures comme ça, mais en vrai vous travaillez bien plus que 40h". allé, +5 pour Jean Edouard!

 

 

 

 

Repost 0
Published by Clio - dans un peu de moi
commenter cet article
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 20:05

Et oui, je me fait discrète dernièrement mais ma vie n'en est pas moins passionnante! aujourd'hui, alors que je sortais du bus, les yeux pas encore bien en face des trous, je vois quelque chose arriver à toute vitesse, rouge, brillant et la splash (je fais bien la canette qui explose, en même temps c'était y'a pas si longtemps que ça).

 

et là lecteur, tu n'en peux plus, la question qui te viens à l'esprit c'est: mais alors tu étais toute tachée collante dégueu??!? han ma pauvre. et bien non, sachez que mon autorité naturelle (c'est le directeur qui l'a dit d'abord), ne fait pas uniquement effet sur vos chères têtes blonde, mais aussi sur la loi de l'apesanteur puisque pas une goutte n'est arrivée sur moi!

 

canette-ecrasee.jpg

 

c'est là que tu te dis: aujourd'hui, c'est MA journée, je vais avoir trop de chance, ce qui est débile parce que en soi y'a jamais de canette qui tombe du ciel et le fait que ça arrive devant toi n'est pas forcément bon signe. et bien aujourd'hui, c'était pas bon signe. mes 5ème ont décidé de m'agacer (c'est le mot que j'utilise pour rester polie avec eux, même si ma bouche a souvent envie de balancer une autre expression) notamment en chantonnant. oui sachez que le chant est quelque chose que les collégiens pratiquent beaucoup, parfois même sans s'en rendre compte. bref punition collective pour le coin où ça chantonne (le coupable n'a pas voulu se dénoncer, et je ne peux pas uniquement m'appuyer sur les balances les autres, qui peuvent tous se liguer contre celui qu'lis n'aiment pas (oui c'est cruel à cet age là)

 

Bref suite à ca j'ai eu droit aux pleurs, aux cris, à la révolution presque "ouais nan mais madameuuuuh vazi c'est pas juste moi j'ai rien fait wesh". le pire c'est que ça se fini pas à la fin de l'heure, puisque à chaque fois que j'ai croisé l'un d'entre eux "mais madameuuuuh, si paul henri il se dénonce, c'est bon?!? *crack crack font ses doigts* (ils sont violents faut pas croire)

 

en plus de ça, on rend des copies aux autres, genre hier t'as passé ta journée à corriger des trucs qui t'ont fait mal aux yeux, genre Nantes à Lille, et puis ils essayent de négocier: "ah nan mais c'est parce que j'ai confondu Nantes et nancy" niéhh?!? bref selon mes collègues, faut pas chercher à comprendre, plus t'essaye de discuter plus tu te fait retourner le cerveau et plus tu rajoutes des points, donc dans l'autre classe, j'ai dit direct que si quelqu'un voulait faire le marchand de tapis avec moi, c'était 2 heures de colles. ils ont été bien sage :D.

 

bref des anecdotes sur ma nouvelle vie de foliiie j'en ai tout plein mais malheureusement je n'ai pas encore le temps de les mettre par écrit pour le moment, promis j'essaye d'écrire plus régulièrement!

 

xoxo

Repost 0
Published by Clio - dans un peu de moi
commenter cet article
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 20:45

 

Alors tout d’abord, pardon d’être un peu absente en ce moment, mais malgré ce que je pensais, c’est pas cette année que je vais pouvoir reprendre ma vie où je l’avais laissé puisque cette année s’annonce au moins aussi chargé que l’année dernière.

 

Alors pour commencer, je vais vous présenter rapidement mes classes, j’ai des 5ème, des 4ème et des 3ème. Tous mes élèves sont des garçons (oui ce genre d’établissement existe encore), et d’après tous mes proches, c’était plutôt positif : « ohhh tu verras ils seront amoureux de toi donc super sages ».

Et bien sachez chers lecteurs que je n’ai définitivement aucun sex appeal. Mes élèves sont indifférents, alors je ne sais pas si c’est le fait d’évoluer entre eux mais en tout cas quand je dis une connerie (et j’en dis pleins), je ne peux même pas me cacher derrière mon petit sourire niais. Déjà parce que la prof niaise ça le fait pas, ensuite parce qu’ils s’en foutent !

 

pop-cakes.jpg

 

Bref hormis mon non succès évident auprès des 12-14 ans, ma rentrée s’est relativement bien passée, ils restent à peu près bien élevé et hormis certains qui se mettent debout sur leur chaise, le doigt effleurant presque le plafond pour participer (oui carrément) et d’autres qui chantonnent comme s’ils étaient seul, je n’ai pas de gros « cas », ou alors ils ne se sont pas encore manifestés.

 

Donc pour faire court, les 5ème sont tout mignon mais sérieusement, est-ce qu’on était comme ça ? écrire deux phrases nous épuisait ? apprendre 5 lignes aussi ? est-ce qu’on avait besoin qu’on nous dise de tourner la page ? est-ce qu’on demandait de quelle couleur on devait écrire ? moi je me souvient qu’on avait des stylos qui sentaient bons et j’ai jamais demandé si je pouvais utiliser la myrtille, j’utilisais, c’est tout.

En plus de ça, ils sont adeptes de la délation ! genre y’a un carré qui discute vers le fond à gauche, je demande qui parle, 3 des 4 en montrent un : c’est Louis Antoineuuhh ! deux solutions : se sont tous de sales balances, ou alors Louis Antoine est une victime, ou alors les deux, ou alors c’est bine lui qui parle.

 

Les punitions/heures de colles/mots dans le carnet ne les calment pas. C’était beau le temps ou pour avoir le silence on demandait de poser les carnets sur les tables. Aujorud’hui j’ai mis mon tout premier mot, l’élève m’a apporté son carnet à la fin du cours et puis est parti avant que je lui rende, comme si c’était normal quoi. Bref aujourd’hui pour avoir la paix soit on crie (ça marche bien, faut pas croire), mais dans ce cas faut pas compter raconter tout ça a l’homme en rentrant parce que ça fait mal aux cordes vocales, soit on se tait, on s’assoit et on note les noms des petits chenapans. Je trouve la deuxième solution assez efficace, encore faut-il connaitre les prénoms, et ça, c’est pas gagné, 150 têtes de garçon, c’est pas facile, même si j’ai déjà repéré quelques visages, les mêmes que mes collègues, c’est rassurant !

 

Les 3ème, ils sont faciiiiiiles !! oui je préfère les plus grand, les enfants c’est pas que j’aime pas, mais ça m’agace rapidement, alors que les ados, les vrais, c’est drole. Bref les troisième, tu poses tes affaires, tu dis que cette année c’est le brevet, tu mets un peu la pression et t’as à peu près la paix, j’avoue que de 16 à 17h le vendredi soir, faut pas trop leur en demander.

 

Et les 4ème… arghhh qui a inventé cette classe ?? ils sont surexcités, tout le temps en train de parler, et tous en plus et puis même à leurs potes au bout de la salle, ça les dérange pas. Y’en a qui pètent comme si de rien n’était (moi perso les prouts ça me fait toujours rire, rien que le mot est drole), et moi je peux pas me retenir, j’ai juste envie de rigoler comme une grosse débile.

 

Voila voila, j’abrège parce que y’a déjà des brevets blancs qui arrivent, mais dès que j’aurais pris un peu d’avance sur mes préparations (laissez moi rêver), je pourrais vous écrire pleins de petites anecdotes !!

Repost 0
Published by Clio - dans un peu de moi
commenter cet article