Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Clio est ma muse et m'amuse
  • Clio est ma muse et m'amuse
  • : un blog qui je l'espère, vous donnera le sourire après une dure journée de labeur: légereté et futilité en sont les maitres mots!!
  • Contact

Profil

  • cliomamuse
  • légereté et futilité resteront les mots qui qualifieront le mieux cet espace, pour se vider la tête après une bonne journée de travail!
  • légereté et futilité resteront les mots qui qualifieront le mieux cet espace, pour se vider la tête après une bonne journée de travail!

Rechercher

1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 11:00

Oui on dit je suis allée c'est plus français mais moi je parle mal!

Pas celle où l’on trouve des animaux en fait, celle où on achète les légumes, ils ne sont pas tous produits sur place mais issus d’une agriculture raisonnée (comprendre qui utilise peu d’engrais chimique) et surtout local, donc le transport à peu pollué.

Il y a de ça quelques années (voir quelques mois…), je mangeais tout sans me soucier de rien, et puis en enseignant en 5ème puis en 2nd les chapitres sur nourrir les hommes, je me suis rendue compte que je n’avais plus le droit de fermer les yeux. Si même ceux qui enseignent le mal de l’agriculture productiviste continuent de consommer ces produits, comment les 30 adolescents que l’on a devant soi peuvent nous prendre au sérieux ? Ils ne le peuvent pas, et ils auront alors raison de nous traiter de vieux cons.

Et puis je suis tombée enceinte, ce qui a remis encore plus en question mon mode d’alimentation, parce que ce que je mangeais, il le mangeait aussi. Alors j’ai essayé de limiter tous les aliments gras/salés/sucrés qu’on voit à la télé (bon un petit mac do de temps en temps ça fait pas tant de mal que ça hein, ne chipotons pas). Et puis depuis que Jules est là, que je vois le monde dans lequel j’ai osé faire un enfant (parce que oui c’est naturel de se reproduire mais après même au niveau de l’histoire on constate des périodes de creux pendant les crises majeures (seconde guerre mondiale, milieux des années 70….), j’ai pas envie de luis foutre en l’air son pancréas en plus avec toutes les cochonneries qu’on trouve dans les aliments tout fait où cultivés n’importe comment.

Et si on veut qu’il consomme mieux, c’est à nous de lui montrer les bonnes habitudes  prendre. Alors pour les légumes, c’est local et de saison autant qu’on peut, sans tomber dans l’excès bien sur, car on sait tous que la frustration c’est très mauvais. De même, exit la viande en barquette, on va chez le boucher. C’est plus cher oui, mais on achète moins, et on consomme moins, ce qui ne nous fait pas de mal (du moins pas pour l’instant).

D’ailleurs je ne mange plus de la viande tous les jours, j’ai découvert les steaks végétaux, pas forcément très écologique au vu de l’emballage (non mais sérieusement faut arrêter avec le bio emballer dans 50 couches inutiles, pour les adultes ou pour les enfants hein, hipp biologique bébé bio et les autres, arrêtez le carton autour des pots, ça sert a rien !) mais plutôt bons. En même temps, je n’aime pas la viande. J’en mange par tradition, car dans ma famille on m’a appris à associer une viande à un légume u un féculent, manger des laitages en dessert pour le calcium et point.

Mais je suis de nature curieuse, je lis beaucoup (encore une référence à friends, décidément en ce moment…), et surtout le fait de manger de la chaire me débecte. Ca vient du catéchisme ça : ceci est mon sang, ceci est ma chaire livrée pour vous, non mais en fait j’aime pas. Et le mot carne provoque le même hérissement de poil chez moi. Le coup de grâce ça a été le jour où en Argentine j’ai vu le petit agneau de lait sur la plancha alors que je l’avais câliné la veille. Depuis ce jour aucun bébé animal ne passe par mon estomac, je ne peux pas. Les adultes passent encore mais je ne dois pas y penser, car sinon je ne peux plus avaler, c’est mécanique, mon corps se bloque.

Je n’aurais pas le discours des végétariens voir végétaliens car honnêtement j’ai conscience que la viande fait partie de notre régime alimentaire depuis bien longtemps, qu’elle représentait plus de 50% de la nourriture des hommes préhistoriques… Mais j’ai de plus en plus de mal avec ça, je sais pourtant que l’élevage permet encore de faire vivre beaucoup de monde, que la viande contient des nutriments que l’on aura du mal à trouver par ailleurs (bien que se soit possible évidemment, je me vois déjà avec tous les végans s’insurgeant devant mon discours). Mais j’ai du mal à défendre ce mode d’alimentation. Alors j’ai cherché un peu dans l’histoire (wikipédia est mon ami, c’est le seul que je partage avec mes élèves).

 J’ai cru comprendre que Pythagore fut le premier végétarien en plus de nous avoir transmis un théorème dont j’ignore encore l’utilité, suivi par Platon mais très critiqué par Aristote qui assimilait la viande à la nourriture des Dieux. D’après mes sources (mais plus wikipédia parce que j’essaye de varier un peu mes lectures, j’ai donc été voir du côté de la propagande végétarienne) les gladiateurs ne mangeaient pas de viande non plus mais des haricots comme source de protéine. Je pense qu’il est important de e pas associer ça à une philosophie de vie mais surtout à une fatalité les gladiateurs étaient des esclaves, les esclaves mangent ce qu’on leur donne, généralement ce qui est le moins cher : des haricots. Cqfd comme dirait l’autre (pytha qui ?)

Bref au Moyen âge, seuls les hérétiques sont végétariens : les cathares (qui ont été appelé comme cela à postériori et qui s’appelaient entre eux les bons hommes) qui se privent de viande non pas par idéologie encore une fois mais parce qu’ils voient ça comme une pénitence, une bonne frustration. Les premiers qui voient la notion éthique derrière le fait de manger des animaux ce sont les penseurs de la renaissance, parmi eux notre supposé violeur préféré : Léonard de Vinci (j’aime le présenter comme ça aux secondes, ça casse le mythe) mais aussi Erasme et Thomas More, puisque dans son monde utopique, personne ne mangerait de viande.

Bref tout ça pour dire que ces idées ne datent pas d’hier, que les débat sur les bons vegan, les méchants végétariens qui mangent des eux et les diaboliques omnivores qui mangent de tout me fatiguent, car après tout chacun est libre de consommer comme il le souhaite, en son âme et conscience, souvent les adolescents ou jeunes adultes qui se lancent dans le végétarisme ou le véganisme le font par effet de mode mais en aucun cas pour s’impliquer dans une quelconque cause, je pense ici aux deux jeunes filles que j’ai croisé à carrouf aujourd’hui et qui m’ont inspiré cet article (alors merci à elles quand même) et qui critiquaient les produits pas vegan avec un paquet de haribos dans la main… je leur ai pas dit qu’il y avait de la graisse de cochon dedans mais j’avais envie…

Bref tout ça pour dire qu’aujourd’hui, je deviens quelqu’un de plus responsable et j’en suis fière, mais je ne tomberai pas dans le cliché en vous disant que mon corps me remercie, que j’ai un meilleur transit (bon parce que j’imagine que tout l monde s’en fiche)que j’ai une plus grandes qualité de concentration (à en juger par le nombre de parenthèse on sait déjà que c’est faux) que ma peau est splendide car ce serait un amas de mensonge, mes pores sont toujours aussi dilatés et ma cellulite toujours apparente,  d’ailleurs si haribos veut me prélever ma graisse et me fabriquer des bonbons avec je les mangerais avec moins de culpabilité je crois !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cliomamuse - dans un peu de société
commenter cet article

commentaires